Cinq choses que j’entends et qui me foutent les boules

En ce qui concerne l’entraînement, que ce soit chez les sportifs ou les non-sportifs, il existe un tas de mythes. Et le pire, c’est que certains ont le don de me rendre dingue. Je les entends et je vrille. Alors, pour mon bien, je me devais de vous exprimer ces cinq choses que vous avez sûrement déjà entendues et qui n’ont aucun sens !

 

“Je ne m’entraîne pas, je n’ai pas envie d’être trop musclé”

On en a une belle pour commencer là ! Généralement, vous entendez cette phrase d’une personne en totale décondition physique qui vous explique que si ELLE, elle se mettait sérieusement au sport, en deux semaines tout changerait “parce qu’il ou elle se muscle super vite”. Et, si vous avez le jackpot, elle vous fait ça devant la photo d’Arnold Schwarzenegger ou de n’importe quel athlète de bodybuilding avec plus de testostérone dans son sang qu’un bœuf blanc bleu beige en vous le pointant du doigt avec un air dédaigneux.

 

Alors, rentrez-vous bien dans le crâne ce que je vais vous dire : se muscler ça prend du temps ! Autrement dit, vous n’allez pas vous réveiller au lendemain matin d’une séance de sport gonflé de partout. Certaines personnes, même avec une alimentation saine, des entraînements intelligents et durs, n’y parviennent pas. Alors ne vous inquiétez pas, même si “vous prenez vite” du muscle vous aurez largement le temps de vous calmer sur le sport.

 

Enfin, lorsque cette remarque vient d’une fille, on peut aisément comprendre que cette dernière ne veuille pas ressembler à Ronnie Coleman. La bonne nouvelle c’est qu’à moins que cette personne se dope, il y a peu de risques que ce soit le cas. En effet, rappelons-le, la construction musculaire chez l’humain est fortement (pas uniquement) corrélée au taux de testostérone qu’il possède. Or, rappelons-le, une femme possède bien moins de testostérone qu’un homme et encore moins qu’un homme dopé. En clair, celle-ci ne ressemblera jamais à un bodybuilder, à moins de s’injecter de la testostérone. Autrement dit, à moins de se doper.

 

“No pain, no gain”

A côté de la personne qui ne veut pas être trop musclée, on va retrouver celui qui veut être balèze. Et cette personne a bien compris que ça passait par du travail acharné et elle a bien raison ! En revanche, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que ce travail acharné doit être intelligent. En clair, “toujours plus” ne veut pas nécessairement dire “mieux” ! Et bien souvent, les personnes qui vont avoir tendance à en faire plus vont avoir tendance à en faire trop.

 

La clé de la réussite dans tous les sports de force consiste en une récupération optimale. En effet, votre corps se répare et devient plus fort lorsque vous vous reposez après un effort. Vous pouvez donc vous entraîner aussi dur que vous voulez, si vous ne prenez pas au sérieux votre récupération, alors vous n’atteindrez jamais votre potentiel maximal.

 

Moralité de l’histoire : investissez-vous complètement dans ce que votre coach vous conseille de faire ou dans les consignes de votre programme et n’en faîtes pas plus, pas moins !

 

“Je ne fais pas les jambes parce que je fais du foot”

Aaaaaaaaaaaaah !!!!! Celle-là a particulièrement le don de m’énerver !

Essayons de passer par un exemple pour comprendre : regardez les marathoniens, les coureurs de 10 000m, d’ultrafond ou d’ultratrails, ces gens-là sont probablement ceux qui utilisent le plus leurs jambes. Pourtant, ce n’est pas les jambes les plus épaisses que l’on connaisse.

 

D’un autre côté, si vous entraîniez sérieusement vos jambes en dehors de votre sport, vous pourriez faire des malheurs sur les terrains. Toute la puissance qu’un corps peut développer part des jambes. Donc, même si vous étiez un boxeur, vous devriez travailler les jambes.

Comprenez bien que la préparation physique faite en salle et le sport que vous pratiquez sont deux choses complémentaires. En conséquence, peu importe le sport que vous faîtes, vous devriez chercher à entraîner l’entièreté de votre corps.

Maintenant, répétez après moi : “si je ne fais pas les jambes, c’est parce que je suis un flemmard”.

 

“Les protéines en poudre sont des produits dopants”

En tant que crossfitter et potentiel consommateur de whey ou tout autre complément alimentaire, vous avez probablement été confronté à ce genre de réflexion.

 

La whey est une protéine de lait issue de la vache également appelée protéine de lactosérum. Le lactosérum correspond à la partie liquide résiduelle issue de la coagulation du lait à la surface des yaourts. Une fois déshydratée, cela va donner cette poudre que les fabricants vont pouvoir aromatiser ou non.

En clair, la whey, ce n’est ni plus ni moins que le petit lait au-dessus des yaourts déshydratés.

 

Maintenant, si c’est le fait de consommer des protéines qui en dérange certains, eh bien expliquez-leur que les protéines sont les composants structurels de tout ce qui est vivant.

En d’autres termes, vous en avez partout et en particulier dans les produits animaliers, certains végétaux et même à l’intérieur de vous. En effet, vos muscles et mêmes vos organes sont faits de protéines.

Comme celles-ci peuvent être amenées à se dégrader, par exemple lors d’un exercice, il convient, si vous pratiquez des efforts physiques RÉGULIERS, que vous ayez une alimentation un petit peu plus riche en protéines lorsque vous vous entraînez.

 

 

“Si je n’ai pas ma whey après l’entraînement, je ne vais pas me muscler”

Juste avant, on entendait quelque chose venant plutôt des non-pratiquants de sports de force, là, voici plutôt quelque chose qui viendrait de ceux qui liftent.

Si, en effet, augmenter légèrement son apport en protéines semble être une bonne idée lorsqu’on a une activité physique relativement importante, comprenez bien quelque chose : dans la majorité des cas, aucun complément n’est indispensable ! Les compléments alimentaires, comme leur nom l’indique, viennent compléter l’alimentation et ce n’est pas parce que vous faîtes deux cours de bodypump dans la semaine et une promenade le dimanche que vous avez absolument besoin de votre whey après l’entraînement.

 

Les compléments alimentaires vont être intéressants pour ceux qui pratiquent le sport de façon INTENSE et qui n’auront pas la possibilité de retrouver l’ensemble des macro- et micronutriments indispensables à leur bonne santé dans leur alimentation habituelle.

 

Maintenant, si vous avez l’occasion de manger un vrai morceau de viande ou plat contenant la quantité de protéines dont vous avez besoin après l’entraînement, vous devriez privilégier cette alternative car vous bénéficierez en plus des vitamines, minéraux et des potentielles fibres de ce plat !
Le shaker de whey n’est pas un substitut de repas, il s’agit simplement d’une alternative lorsque manger un vrai plat est compliqué pour une raison de praticité, de faim ou de temps.




Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *